Historique

Historique

… et patrimoine de notre commune

Merci à Mr LECUPPRE Henri pour ses recherches (textes et cartes postales).

 


Place Talma

collage1

A l’origine, il s’agit d’un marécage dans la continuité du marais du Moulin. Il se dit, qu’il fut un temps on assista à des joutes nautiques à cet endroit. Dénommée place du Marais, elle devint, le 22 mai 1889, place Talma suite à une décision du Conseil Municipal, le Maire étant M. Williot. C’est à cette époque que furent décidés les travaux de rehaussement de la Place du Marais (place Talma) ainsi que de la rue Talma à la rue du Château, sur 300m. En 1890, le Conseil décide d’abattre le Tilleul de la place qui menace la sécurité des personnes. En 1920, on aménage la place Talma. Un kiosque y est construit en 1924. En 1930, on confectionne une aire bétonnée autour du kiosque pour pouvoir danser. Ce kiosque existera jusqu’en 1961.


Marais de Beaucamp

18
En 1299, l’Abbaye de Maroilles, qui avait des dettes envers la famille de Beaucamp, la remboursa en lui donnant des terres à Poix, Salesches et Vendegies. Le château de Robert de Beaucamp se trouvait près du bois de Vendegies.
De nombreux travaux furent nécessaires pour transformer ce marais en la place que l’on connait aujourd’hui, au bout de la rue de la république.


Salle des fêtes (Keighley Hall)

mt7290-1
En 1920, dans la continuité de l’amitié liant M. Gaston DUCORNET, maire de Poix du Nord et M. Ferdinand BINNS, maire de KEIGHLEY (Yorkshire-Angleterre), et suite à l’état de notre ville après les bombardements de 1918, KEIGHLEY devient la marraine de Poix-du-Nord.
Des souscriptions sont faites parmi la population anglaise pour aider à la reconstruction de Poix. Le 5 mai 1921 eût lieu la pose de la première pierre de la salle des fêtes par M. BINNS.
Le 5 juin 1922, remise de la Croix de Guerre à la Ville de Poix du Nord et inauguration officielle du KEIGHLEY HALL. En 1934, convention avec M. MARHEM pour la constitution d’un Keighley Ciné.


Salle Joséphine BATAILLE

sjb
En 1927 débute la construction de ce qui sera au départ « Les Bains Douches » derrière la salle des fêtes. Son utilisation est prévue pour les scolaires.
Le 19 novembre 1938, ouverture des bains douches « municipaux ».
En 1940, utilisation des bains douches par l’armée.
En 1986, transformation des bains douches en salle de réunion. Un an plus tard, elle deviendra « salle Joséphine BATAILLE » (1811-1901) du nom d’une Podéenne honorée pour son action sociale en 1890.


Statue Talma
mt17300François Joseph TALMA (1763-1826), tragédien préféré de Napoléon, a vécu quelques années de son enfance à POIX. En son honneur, une première statue « assise » fut inaugurée le 25 septembre 1904. Emmenée en Allemagne en 1915, une deuxième statue « debout » fut inaugurée le 19 juillet 1931. Elle connut le même sort que la première en 1941. Celle que nous connaissons aujourd’hui fut inaugurée le 14 septembre 1986.


Boulodrome

44
C’est sur la parcelle que lui a légué « Mr Paul MOITY » que le Comité du CCAS de Poix du Nord décide la construction d’un boulodrome en remplacement de l’ancien devenu trop petit. C’est le 19 juin 2009 que sera inauguré ce nouveau terrain de pétanque, mis à la disposition d’un nombre de Podéens en augmentation constante.


Monument aux morts
morts
63 Podéens ont laissé leur vie sur les différents fronts durant la Première Guerre Mondiale. Malheureusement, 58 victimes civiles vinrent allonger cette liste, surtout lors de la libération de Poix-du-Nord, le 25 octobre 1918. En 1920, le projet de monument est lancé au sein du Conseil Municipal. En 1922, un comité est nommé pour l’érection d’un monument aux morts place de l’Eglise. C’est le sculpteur Jean Georges ACHARD qui en fera les plans. C’est l’un des rares monuments représentant la Victoire sortant des ruines avec à ses pieds un soldat et une victime civile. L’inauguration se fera le 28 septembre 1924 devant une foule immense.


L’Eglise

mt37320
En 1893, l’église n’étant plus que ruines, le Conseil décide la construction d’un nouvel édifice au même endroit. Le curé MERESSE s’engage par souscription, à couvrir les 2/5 des dépenses. L’architecte sera M. LALLEMANT. Le 9 juillet 1893, dernière messe dans l’ancienne église. Le 27 août 1893 a lieu la pose de la 1ère pierre. Le 30 septembre 1894, inauguration de la nouvelle église.


Cimetière Anglais
cimetiereanglais__1469708262_77.149.96.48
En 1921, il est décidé la création du cimetière Britannique en reconnaissance aux soldats tombés pour la libération de Poix-du-Nord. Il comprend 93 tombes, plus 3 tombes dans le cimetière communal. Au milieu du cimetière Britannique, se trouve la tombe d’un aviateur Anglais abattu en 1940, au bout de la rue des Warennes, vers Englefontaine.


Calvaire

34b
Il est situé au bout de la rue du Calvaire, près de la Chaussée Brunehaut. Le Christ actuel occupe la place qu’occupa un 1er Christ en 1746. Le Calvaire fut déplacé en 1848, pour remplacé la croix vermoulue, à la Croisette (rue Henri Roland) pour le rapprocher du village. 16 mois plus tard, on trouva que cet emplacement n’était pas judicieux et le 3 septembre 1849, lors d’une immense cérémonie suivie par 10 000 personnes, il fut rétabli à sa place d’origine.


Château DUCORNET


M. Désiré DUCORNET, originaire de Maurois, négociant en tissus, arrive à Poix dans les années 1870 pour y implanter des tissages. Le château date donc de cette époque.
Il fut dynamité par les Allemands avant leur retraite et la libération de Poix-du-Nord le 25 octobre 1918 à 4h du matin par des troupes britanniques.


Lavoirs

55 37
Les sources, dites « fontaines », venues du sous-sol, alimentent les 2 principaux ruisseaux qui traversent Poix-du-Nord :
1- Le ruisseau St Georges, qui vient d’Englefontaine et dans lequel vient se jeter la fontaine des Warennes ainsi que la fontaine de Beaucamp. Il continue sa course vers Salesches et se jette dans l’Ecaillon à Bermerain.
2- Le ruisseau Fontaine Lecomte, appelé aussi petit Planty, qui vient de la forêt de Mormal et se jette dans le St-Georges à hauteur de la Salle des Fêtes. Il est alimenté par Le Vivreuil, Le Langue Zeneau, la fontaine Rennechon, la fontaine de Wagnonville et la fontaine du Marais.

Certaines fontaines furent utilisées comme abreuvoir ou lavoir : Fontaine de Beaucamp, fontaine des Warennes, fontaine du Marais.